Stage IDF Mudan

Aujourd’hui s’est tenu le Stage IDF Mudan. Le stage réunissait un total de 22 kyudojin débutants venus de partout en France, de Lille à Nancy, en passant par Reims et bien sûr Paris et sa région, se préparant rigoureusement pour le Sanpo, et plus largement pour le passage du 1er dan en septembre. 

Se sont réunis pour coacher nos apprenants Yumi Minaminaka sensei Renshi 6e dan, Jean-Benoît Birck sensei 5e dan, et en assistante très investie, Anne Kongchanh senpai 3e dan. 

La journée a commencé très sérieusement par une inspection du matériel. Arcs et cordes ont été passés au crible par l’œil acéré de Yumi sensei et Anne senpai.

Après un petit déjeuner gracieusement offert à base de croissants et de pains au chocolat, le salut commun a laissé place à un magnifique et très harmonieux hitote gyosha, avec nos trois sensei du jours en acteurs principaux.  

Suite à cette introduction qui a tout de suite posé le ton de la journée – de l’harmonie et du sérieux s’il vous plaît ! – la matinée s’est poursuivie par le passage en tachi de 5 ou 4 en hitotsu mato sharei, afin de permettre à nos sensei de prendre la mesure de la tâche à accomplir, des enseignements à revoir ou approfondir, et des corrections à apporter à nos jeunes kyudojin motivés. 

Après ce premier aperçu général, les premières corrections, recommandations et rappels ont pu être donnés. 

Au programme le matin : révision du taihai, de l’entrée à la sortie. Exercice pas si facile pour nos kyudojin nationaux dont le gymnase/dojo n’est pas forcément dans la même configuration qu’au dojo national de Noisiel. Nul doute qu’ils seront désormais prêts et parés pour le passage du sanpo qui se déroulera dans le même dojo. 

Pause déjeuner de 12h30 à 14h. Les sensei se sont échappés du dojo le temps du repas, afin de se concerter sur les festivités à venir de l’après-midi, et permettre aux apprenants de se remettre de leurs émotions matinales. 

14h, reprise des hostilités, avec un travail approfondi sur l’importance du tatesen-yokosen et des sanju-jumonji – les axes verticaux et horizontaux du corps, et ses multiples croix.

Au commencement, petit tips de Jean-Benoît sensei avec la prise de conscience des trois matos nécessaires pour atteindre la cible : la première mato, face au plexus, celle à atteindre avec le kokoro. Et La seconde mato, pointée par le coude de mete. Qui, une fois atteintes, permettent d’atteindre la mato finale, celle de l’azuchi. 

Fin de la théorie, place à la pratique. 

Chaque pratiquant a pu tirer sous l’œil correcteur des trois sensei du jour afin de prendre conscience de la bonne position à adopter pour s’améliorer dans sa pratique.

Mention « cœur » spécialement donnée à Anne senpai pour ses métaphores mnémotechniques, allant de la boîte de Pringles, à la chantilly dans la gaufrette, et ses images toujours très percutantes. 

Suite à la pratique, une « révision » pour certains – une première vision pour d’autres – a été faite sur les différents shitsu pouvant être demandés lors de l’examen du sanpo : shitsu des flèches haya ou otoya, shitsu de l’arc, ou encore shitsu de la corde cassée. 

La journée s’est clôturée par un passage de chacun des kyudojin en tachi, en kyogi no maai – allure de tournoi. 

Journée de printemps sous un ciel pluvieux, qui n’aura pas empêché nos jeunes kyudojin de profiter un maximum des différents apprentissages. De premiers progrès ont globalement pu être observés, même si un long travail de fond s’avèrera nécessaire afin d’intégrer tous les nouveaux éléments apportés par nos sensei. 

Nul doute que nous reverrons très vite nos apprenants victorieux samedi 29 juin lors du passage du Sanpo, puis sur la liste des lauréats du 1er dan en septembre.

Heidi

1200 799 AKE
Share
Start Typing